Conclusion

En conclusion, malgrè ce qu’en disent certains pharmaceutes et industriels, un risque potentiel pour les coraux peut survenir. En effet, nos recherches nous ont montré que les coraux se detruisent petit à petit, en raison de leur privation de lumière solaire. Les UV, indispensables à leur développement, sont bloqués par les filtres solaires qui stagnent en surface. Ce sont seulement les filtres chimiques, contenus exclusivement dans les crèmes solaires classiques (donc non bio) qui sont en cause. Ainsi, lorsque les plagistes vont se baigner, la crème solaire peu pénétrante sur la peau s’en détache. Dans ce cas, elle devient nuisibles pour l’environnement. C’est le cas à Xel-Ha, qui comme ailleurs, par exemple Ancona en Italie,  où la crème solaire nuit à la biodiversité sous-marine. Nous pouvons donc dire, d’après certaines recherches scientifiques sur ce problème que la crème solaire n’est pas si innoffensive.

En considérant ce premier point, on se demande donc si elle n’est pas également nuisible pour la peau. Ainsi des études montrent que la crème solaire engendre des cancers, mais aussi a un impact sur l’allaitement chez la femme. L’application de crème solaire pourrait occasionner une fertilité réduite pour l’enfant en cause des infiltrations de la crème dans le lait mammaire.

Dans un idéal, il faudrait se proteger intelligemment avec de la crème solaire Bio !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site