Page d'accueil

 

Bienvenue sur notre site !

Joseph SIGNORET, Victoire PETIT et Laura SIMENTIC, tous trois élèves à Notre-Dame de Sion, allons vous présenter notre TPE sur la nuisance de la crème solaire sur l'environnement, plus particulièrement sur les fonds marins en axant notre recherche sur une étude de cas précis au Mexique.

La crème solaire également connue sous le nom d’écran solaire est une lotion, spray, gel ou autre produit topique qui absorbe ou réfléchit quelques-uns des rayons ultraviolets du soleil (UV) sur la peau exposée aux rayons. Elle contribue donc à protéger notre peau des dangers du rayonnement ultraviolet émis par le soleil (cancers, vieillissement de la peau...).

Ce produit est devenu essentiel pour les plagistes en été ou sur les pistes de ski en hiver, mais il est avant tout devenu un commerce important pour les laboratoires cosmétiques et pharmaceutiques qui ne cessent d’utiliser des composés chimiques nocifs pour l’environnement.

Nous n'aborderont pas les effets de la crème solaire sur la peau  mais sur l'environnement, en prenant comme cas précis le parc écologique de Xel-Ha à Tulum. Le problème avec les crèmes solaires chimiques sont les filtres-UV utilisés pour protéger la peau du rayonnement solaire. En effet, ces filtres se déposent à la surface des océans et empêchent  les ultraviolets de les traverser, ce qui entraine le blanchissement des coraux puis leur mort. Les coraux représentent un tiers de la biodiversité marine. Il convient donc d’énoncer un nouveau problème du 21e siècle : les crèmes solaires qui sont protectrices pour la peau ne sont-elles pas également dangereuses pour notre environnement. ?

En quoi les crèmes solaires utilisées contre les UV peuvent-elles être nuisibles pour l’environnement ? Tel est notre question. Personne n’en parle, on y répond !


presentation-page-d-accueil.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site